Un accroissement du risque souverain est souvent associé à de fortes variations des taux de change. Du coup, les anticipations quant à l’éventualité d’une défaillance souveraine peuvent apporter de l’information utile sur les mouvements futurs des taux de change. Dans cette étude, nous nous interrogeons sur la possible transmission aux marchés des changes du risque présent sur les marchés des titres souverains et proposons de prévoir les rendements sur le marché des changes à l’aide d’un facteur de prime de risque fondé sur le risque souverain. Nous calculons ce nouveau facteur à partir de la structure par terme des taux d’intérêt pour les différentes échéances de swaps sur défaillance relatifs aux titres d’emprunteurs souverains et établissons des prévisions hors échantillon pour vérifier si notre modèle réussit à faire mieux que la marche aléatoire, le modèle de référence. Nos résultats montrent que la prise en compte du risque de défaillance se traduit par une amélioration de la qualité des prévisions à des horizons rapprochés.