La part de ressources, au sens de fraction de la dépense totale d’un ménage qui se rapporte à chaque membre du foyer, joue un rôle important dans l’évaluation du bien-être matériel des personnes, de leur inégalité de situation et de leur niveau de pauvreté. Il est difficile d’estimer cette part, car la consommation est généralement mesurée au niveau du ménage. De plus, comme les personnes d’un même foyer consomment ensemble bon nombre de biens, la consommation de chacun dans des ménages de plus d’un individu n’est pas directement observable. Nous examinons des parts de ressources qui varient aléatoirement dans des ménages au profil identique. Nous présentons des théorèmes qui permettent de dégager la répartition des parts aléatoires de ressources parmi les ménages recensés, notamment celles des enfants. Nous exposons également une nouvelle méthode de calcul des parts fixes ou aléatoires de ressources, qui ne demande pas comme auparavant l’imposition de restrictions sur la similarité des préférences ni la formulation d’hypothèses sur le marché matrimonial. Nos résultats sont applicables aux données assorties ou non d’une variation de prix. Nous les appliquons à des ménages du Malawi pour évaluer la répartition des taux de pauvreté des femmes et des enfants.