Cette note cherche à déterminer si la faiblesse récente de l’inflation au Canada peut être mise en relation avec des facteurs mondiaux qui ne sont pas pris en compte dans l’actuel cadre d’analyse du personnel (capacités excédentaires intérieures, mouvements des prix des produits de base et du taux de change). Un facteur commun aux évolutions de l’inflation estimé pour certaines économies avancées semble apporter peu d’informations sur l’inflation au Canada autres que celles extraites des variations des prix des produits de base et du taux de change. Si notre analyse des canaux par lesquels ce facteur produit ses effets (prix des importations, capacités excédentaires mondiales et intégration aux chaînes de valeur mondiales) ne permet pas de mieux comprendre les causes de la faiblesse récente de l’inflation, elle conforte notre évaluation présente : la faiblesse observée ces derniers trimestres serait essentiellement attribuable à des facteurs temporaires propres au Canada (les prix des aliments et de l’électricité). La possibilité qu’une part de la faiblesse inexpliquée de l’inflation mesurée par l’IPC enregistrée récemment ne tienne pas entièrement à des facteurs proprement canadiens ne peut être écartée, bien que les canaux par lesquels ce facteur commun à plusieurs économies influe sur l’inflation restent inconnus. Des travaux consacrés à l’exploration d’autres canaux (p. ex., la numérisation de l’économie) sont par conséquent nécessaires.