Publication

  • 16 décembre 1999

    L'évolution économique et financière jusqu'au 16 février 2000 : une mise à jour de l'analyse présentée dans le Rapport sur la politique monétaire

    Faits saillants * Le rythme de l'activité économique aux États-Unis reste vigoureux et dépasse les projections antérieures. * La demande extérieure étant plus vigoureuse que prévu, la Banque s'attend maintenant à ce que la croissance du PIB réel au Canada en l'an 2000 se situe dans la moitié supérieure de la plage de 2,75 % à 3,75 % projetée dans le Rapport sur la politique monétaire de novembre dernier. * L'inflation mesurée par l'indice de référence a été inférieure aux prévisions en novembre, en partie à cause des rabais pratiqués sur certains biens semi-durables. * La Banque s'attend à ce que l'inflation mesurée par l'indice de référence s'accélère pour atteindre 2 % au premier trimestre de l'an 2000. * En raison de la hausse des prix de l'énergie, le taux d'accroissement de l'IPC global devrait monter à près de 3 % au début de l'année. * L'évolution observée au cours des trois derniers mois vient confirmer les risques pesant sur les perspectives de l'économie canadienne qui ont été évoqués dans le dernier Rapport, à savoir une accélération de la croissance de la demande de produits canadiens au pays et à l'étranger et une recrudescence des pressions inflationnistes potentielles aux États-Unis. Les données recueillies depuis le 14 janvier, date de la mise à jour de l'analyse présentée dans le Rapport sur la politique monétaire de novembre dernier, continuent de laisser entrevoir un raffermissement des perspectives de l'économie mondiale et de l'activité au Canada. Aux États-Unis, l'expansion du PIB réel a encore dépassé les attentes — atteignant un taux annuel de 5,8 % au quatrième trimestre de 1999. Bien que des pressions s'exercent manifestement sur les prix et les coûts aux États-Unis, la forte croissance de la productivité a maintenu les coûts unitaires de main-d'oeuvre à un bas niveau. Toutefois, comme la demande s'est accrue à un rythme supérieur à celui de la capacité potentielle et qu'une telle situation présente des risques d'inflation, la Réserve fédérale a haussé le taux cible des fonds fédéraux de 25 points de base pour le porter à 5,75 % le 2 février. Même si la tendance de l'inflation reste faible dans les pays industriels, un certain nombre d'autres grandes banques centrales, s'inquiétant de l'apparition future de pressions inflationnistes compte tenu du renforcement de la demande, ont aussi haussé leurs taux directeurs au cours des deux dernières semaines. La vigueur de la demande étrangère, particulièrement de la demande américaine, continue de transparaître dans les plus récentes données sur notre balance commerciale. La croissance des exportations est restée forte en novembre, et le solde global a affiché un excédent important. Les cours mondiaux de nos principaux produits de base continuent aussi de se redresser sous l'effet du raffermissement de la demande globale. Au pays, les chiffres les plus récents au sujet de la demande et de la production témoignent d'une robustesse continue. Le PIB réel (au coût des facteurs) s'est accru de 0,6 % en novembre (4,6 % en glissement annuel), et l'emploi a maintenu sa forte progression en fin d'année et au début de janvier. D'autres indicateurs, y compris les dernières données sur les agrégats monétaires, confirment ce tableau économique favorable. La Banque prévoit à l'heure actuelle que la croissance du PIB en 2000 se situera près de la limite supérieure de la plage de 2,75 à 3,75 % projetée en novembre. Le taux d'accroissement de l'indice de référence que nous utilisons pour mesurer l'inflation a été de 1,6 % (en glissement annuel) en décembre, soit légèrement au-dessous des prévisions, en partie à cause des rabais temporaires pratiqués sur certains produits. Nous pensons encore que l'inflation mesurée par l'indice de référence montera pour s'établir au point médian de la fourchette cible de 1 à 3 % au premier trimestre de cette année. Parallèlement, le taux d'augmentation de l'IPC global grimpera probablement à près de 3 % en raison de l'escalade récente des prix de l'énergie, mais on continue de s'attendre à ce qu'il redescende dans le courant de l'année pour se rapprocher de celui de l'indice de référence, à mesure que les prix de l'énergie se modéreront. La Banque du Canada a relevé le taux officiel d'escompte de 25 points de base pour le porter à 5,25 % le 3 février. La Banque a pris sa décision en tenant compte notamment du dynamisme de la demande de produits canadiens tant au pays qu'à l'étranger, de l'importance de veiller à ce que l'économie s'approche de façon prudente des limites de sa capacité de production et du risque d'un déversement au Canada des pressions inflationnistes qui pourraient s'exercer aux États-Unis.
  • 15 décembre 1999

    Le taux de change, la productivité et le niveau de vie

    Cet article examine une thèse avancée récemment, selon laquelle il existe une relation de cause à effet entre la baisse de notre taux de change et la diminution du niveau de vie des Canadiens relativement à celui des Américains. Les auteurs étudient les principaux canaux — à savoir la productivité et les termes de l'échange — susceptibles de relier le taux de change et le niveau de vie; leur analyse porte toutefois davantage sur le premier d'entre eux (la productivité). Les auteurs concluent que le recul des cours mondiaux des produits de base et la faible demande de biens et services produits au Canada ont influencé à la fois le niveau de vie des Canadiens et le taux de change et que le régime de changes flottants n'a pas, de façon isolée, joué un rôle dans la baisse relative du niveau de vie.
  • 14 décembre 1999

    Les tendances du commerce extérieur canadien

    L'auteur examine divers aspects de la tenue du commerce extérieur canadien à la lumière des grandes tendances observées dans les échanges internationaux au cours des dernières décennies. Le Canada a intégré davantage son économie à l'économie mondiale, et cette intégration se manifeste par l'intensification de sa vocation exportatrice et de sa dépendance à l'endroit des intrants importés et par l'ouverture accrue de ses marchés intérieurs à la concurrence étrangère. L'auteur analyse la composition des échanges du Canada et la tendance à la hausse des échanges dans les deux sens de produits similaires. Il examine aussi l'intégration croissante du commerce entre les pays d'un même continent, qui s'est traduite au Canada par une plus grande concentration des exportations à destination des États-Unis.
  • 13 décembre 1999

    L'efficacité des règles de rétroaction aux fins de la maîtrise de l'inflation : survol de la littérature récente

    Les règles de rétroaction visent à aider les décideurs à maintenir l'inflation au voisinage de la trajectoire souhaitée sans pour autant engendrer une variabilité des autres variables économiques. Elles établissent des liens entre les taux d'intérêt à court terme sur lesquels la banque centrale exerce son action et le taux d'inflation observé ou son écart par rapport au taux pris pour cible. Les auteures décrivent les types les plus courants de règle de rétroaction et certains résultats de simulations.
  • 17 novembre 1999

    Rapport sur la politique monétaire - Novembre 1999

    Depuis la publication du Rapport sur la politique monétaire de mai dernier, la conjoncture économique internationale a continué de s’améliorer.
  • 16 novembre 1999

    Le marché des obligations de sociétés au Canada

    Le marché canadien des obligations de sociétés a connu un regain de vigueur ces dernières années, à la faveur du faible taux d'inflation, de la diminution des emprunts du secteur public et des taux d'intérêt à long terme les plus bas qu'on ait observés depuis une génération. Dans cet article, les auteurs examinent les facteurs qui agissent sur l'évolution du marché des obligations de sociétés et comparent le marché canadien à ceux d'autres pays. L'augmentation de l'activité sur le marché s'est accompagnée de l'apparition de nouveaux produits et d'un intérêt plus marqué des investisseurs envers les instruments offrant un rendement supérieur attribuable au risque de crédit plus élevé qu'ils présentent. Il y a lieu de se réjouir du dynamisme accru du marché canadien des obligations de sociétés puisque celui-ci offre une source de financement de rechange aux emprunteurs, notamment les entreprises qui, jusqu'ici, faisaient généralement appel aux banques et au marché obligataire américain pour les emprunts comportant un risque de crédit plus élevé.
  • 16 novembre 1999

    Revue de la Banque du Canada - Automne 1999

    Revue BdC - Automne 1999

    Page couverture

    Jetons de laiteries canadiennes

    Ces jetons font partie de la Collection nationale de monnaies, Banque du Canada.

    Photographie : James Zagon.

  • 15 novembre 1999

    Le marché des titres du gouvernement canadien dans les années 1990 : liquidité et comparaisons avec d'autres pays

    Dans cet article, l'auteur passe en revue les facteurs qui expliquent l'évolution récente de la liquidité des titres émis par le gouvernement canadien. Il constate que la liquidité de ces titres a bénéficié de l'évolution structurelle du marché, notamment de la création des émissions obligataires de référence et de l'ampleur croissante de ces émissions. Il fait aussi observer que le marché obligataire a profité dans l'ensemble des modifications apportées à la structure du marché, mais que le marché des bons du Trésor est devenu moins liquide depuis le milieu des années 1990, en bonne partie à cause d'une diminution de l'offre. L'auteur établit également certaines comparaisons entre les marchés des titres d'État d'autres pays industrialisés et conclut que la liquidité du marché des titres du gouvernement canadien semble supporter avantageusement la comparaison avec celle de tous les autres marchés examinés à l'exception du vaste marché des titres du Trésor américain.
  • 14 novembre 1999

    Les indices du taux de change réel du dollar canadien

    Dans cet article, les auteurs exposent la méthode utilisée pour construire les indices du taux de change réel (ITCR), puis comparent et évaluent, tant sur le plan conceptuel que sur le plan empirique, divers ITCR canadiens. Dans leurs conclusions, les auteurs soulignent que la théorie et les résultats empiriques incitent à privilégier, parmi les ITCR disponibles, ceux qui sont calculés sur la base des coûts unitaires de main-d'oeuvre. Ils notent cependant que des considérations d'ordre pratique encouragent les autorités à tenir compte, dans la conduite de la politique monétaire, d'ITCR calculés à l'aide d'indices de prix.
  • 15 août 1999

    L'évolution récente : une mise à jour de l'analyse présentée dans le Rapport sur la politique monétaire

    Faits saillants * En dépit de certaines incertitudes qui persistent sur la scène internationale, l'évolution survenue depuis la sortie, en mai, du Rapport sur la politique monétaire renforce les pronostics concernant l'économie mondiale et le Canada. * Le rythme de croissance de l'activité économique au Canada semble en bonne voie d'atteindre la limite supérieure de la plage de 2 3/4 à 3 3/4 % citée dans la livraison de mai du Rapport. * On s'attend toujours à ce que l'inflation tendancielle s'inscrive en hausse mais qu'elle demeure dans la moitié inférieure de la fourchette de 1 à 3 % visée par la Banque. Les données reçues depuis le début juillet, au moment où nous terminions la mise à jour de l'analyse présentée dans le Rapport de mai, continuent d'indiquer une amélioration des perspectives de l'économie mondiale et de l'économie canadienne. Néanmoins, il importe de ne pas perdre de vue les incertitudes qui règnent toujours sur la scène internationale. Au Japon, certains signes donnent à penser que l'économie est en train de sortir de son marasme. En Europe, on s'attend de plus en plus à ce que le rythme de l'activité économique s'accélère au fil des prochains mois. La situation économique et financière reste généralement bonne dans les économies à marché émergent de l'Asie du Sud-Est et de l'Amérique latine où de saines politiques intérieures sont appliquées avec vigueur. Aux États-Unis, le PIB en termes réels a crû de 2,3 % au deuxième trimestre selon les estimations, ce qui est inférieur à la plupart des prévisions. Toutefois, une part importante du ralentissement est imputable à une correction majeure du niveau des stocks. La croissance de la demande intérieure finale en termes réels a également décéléré, mais elle demeure vigoureuse et frôle les 4 %, après avoir dépassé les 6 % durant les deux trimestres précédents. Dans l'ensemble, l'économie américaine continue de tourner à un régime élevé, ce qui avive les craintes d'une résurgence des pressions inflationnistes. L'augmentation des prix au détail et à la production semble bien contenue, mais les marchés du travail sont tendus — l'emploi a fortement progressé en juillet — et on commence à observer des signes de pressions à la hausse sur les coûts, reflétant la montée des taux de rémunération de la main-d'oeuvre et l'essoufflement de la croissance de la productivité. Au Canada, les indicateurs de la progression de la demande intérieure comme les chiffres concernant le commerce de gros et de détail, les ventes de véhicules automobiles, l'activité sur le marché du logement, les importations et les projets d'investissement des entreprises témoignent d'une expansion robuste de l'activité au cours du printemps et au début de l'été. Après s'être très vivement accrues durant plusieurs trimestres, les exportations demeurent élevées, et les données relatives à la production de l'ensemble de l'économie (p. ex. le PIB mensuel au coût des facteurs) pour le mois de mai indiquent également une croissance soutenue. De plus, les cours mondiaux des produits de base ont remonté encore un peu récemment, ce qui contribue à alimenter l'activité dans le secteur des ressources naturelles. Les prix de certaines des principales matières premières que produit le Canada (en particulier les produits énergétiques et les métaux communs) sont justement ceux qui ont connu les hausses les plus rapides. De plus, de nouveaux gains ont été réalisés au chapitre de l'emploi en juillet, comme prévu, notamment en ce qui concerne les emplois salariés à plein temps. Selon les dernières données, le PIB réel se serait accru de 3 1/2 % environ (en taux annuel) au second trimestre, ce qui est conforme en gros aux attentes formulées en juillet, au moment où nous terminions la mise à jour du Rapport de mai. Le taux d'augmentation sur douze mois de l'indice de référence (IPC hors alimentation, énergie et effet des modifications des impôts indirects) s'est inscrit en hausse, pour s'établir à 1,7 % en juin. Comme cela a été le cas au cours des deux mois précédents, la hausse observée en juin a été légèrement supérieure aux prévisions, ce qui tient notamment au fait que la dépréciation antérieure du taux de change s'est répercutée plus rapidement sur les prix au détail. Toutefois, étant donné qu'il subsiste des capacités de production excédentaires, on s'attend à ce que l'inflation mesurée par l'indice de référence reste voisine du niveau actuel — soit au-dessous du point médian de la fourchette de 1 à 3 % visée par la Banque — durant le reste de l'année 1999. L'incertitude que soulèvent les pressions inflationnistes aux États-Unis et les répercussions que cela pourrait avoir sur l'orientation de la politique monétaire dans ce pays, ainsi que les déplacements de capitaux qui se sont opérés entre portefeuilles de placements internationaux à la faveur de l'amélioration de la conjoncture dans les pays d'outre-mer, se sont traduits par d'importants mouvements sur les marchés financiers au cours des dernières semaines. En juillet, le dollar É.-U. a reculé de façon marquée par rapport au yen et à l'euro. Durant la majeure partie de ce mois, le dollar canadien s'est déprécié vis-à-vis de la devise américaine, mais il s'est raffermi récemment sous l'effet du bas niveau de l'inflation au pays, du rythme d'expansion robuste de l'économie canadienne et de la remontée des cours mondiaux des produits de base. Pour toute la gamme des échéances, les taux d'intérêt canadiens sont demeurés inférieurs aux taux américains correspondants, mais les écarts entre eux se sont rétrécis depuis le début de juillet.