James Kyeong

Économiste

James Kyeong est un économiste au sein du département des Marchés Financiers à la Banque du Canada. Ses principaux domaines de recherche concernent la macroéconomie, l’impact des politiques monétaires internationales sur le prix des actifs nationaux et l’économétrie appliquée. James détient un baccalauréat en administration des affaires ainsi qu’une maîtrise en économie de l’Université Queen’s.

Communiquer avec

James Kyeong

Économiste
Marchés financiers

Banque du Canada
234, rue Wellington
Ottawa, ON, K1A 0G9

Dernières parutions

The Share of Systematic Variations in the Canadian Dollar—Part III

Note analytique du personnel 2018-13 Guillaume Nolin, James Kyeong, Jean-Sébastien Fontaine
Nous établissons un parallèle entre l’augmentation spectaculaire des variations systématiques des taux de change et les prêts bancaires internationaux. Nous constatons que, lorsque la part des variations systématiques de la monnaie d’un pays est importante, les flux de prêts bancaires internationaux vers le pays en question deviennent plus sensibles aux prêts bancaires à l’échelle mondiale et donc plus systématiques. Ce parallèle s’observe surtout parmi les grands pays exportateurs de produits de base, dont le Canada. L’intermédiation financière internationale pourrait ouvrir un nouveau canal entre l’économie réelle et les taux de change.
Type(s) de contenu : Travaux de recherche du personnel, Notes analytiques du personnel Sujet(s) : Taux de change Code(s) JEL : F, F3, F31

The Impacts of Monetary Policy Statements

Note analytique du personnel 2017-22 Bruno Feunou, Corey Garriott, James Kyeong, Raisa Leiderman
Dans la présente note, nous établissons que les participants au marché réagissent à un changement imprévu de ton dans les déclarations de la Banque du Canada sur la politique monétaire. Quand le marché considère que l’institution a l’intention de resserrer (ou bien d’assouplir) la politique monétaire plus tôt qu’il ne l’avait d’abord escompté, le dollar canadien s’apprécie (ou se déprécie) et le rendement à long terme des obligations de l’État canadien augmente (ou diminue). Le ton des déclarations revêt une importance particulièrement grande pour le marché dès lors que le taux directeur est resté inchangé pendant un certain temps.

Foreign Flows and Their Effects on Government of Canada Yields

Note analytique du personnel 2015-1 Bruno Feunou, Jean-Sébastien Fontaine, James Kyeong, Jesus Sierra
Les flux d’investissements étrangers dans les obligations du gouvernement du Canada ont fortement augmenté depuis la crise financière. D’après notre analyse empirique, entre 2009 et 2012, les flux de capitaux étrangers, qui se chiffraient à 150 milliards de dollars, ont eu pour effet d’abaisser de 100 points de base le taux de rendement des obligations du gouvernement du Canada à dix ans.

Plus

Formation

  • M.A. en Économie (2016), Université Queen’s
  • Baccalauréat en administration des affaires (2013), Université Queen’s