Lori Rennison

Directrice principale, Politiques

Lori Rennison a été nommée directrice principale, Politiques, au département des Analyses de l’économie internationale en août 2017. À ce titre, elle fait partie de l’équipe de direction et supervise les travaux d’analyse de la Banque sur les évolutions de l’économie mondiale qui revêtent de l’importance pour le Canada. Elle supervise également les activités qui soutiennent la participation de l’institution aux forums internationaux, comme le G7 et le G20, et l’aident à accroître son rayonnement à ce chapitre. De plus, elle préside le groupe de travail des banques centrales du G7 sur la numérisation. Enfin, elle mène des analyses de politiques et encadre les recherches portant sur des enjeux économiques importants au regard de la politique monétaire.

Mme Rennison a intégré la Banque du Canada en 2007 comme représentante principale (Analyse économique) au sein de la Section de l’analyse régionale, qui fait partie du département des Analyses de l’économie canadienne. De 2011 à 2014, elle occupe le poste de directrice de la section et supervise et gère les activités d’analyse économique des cinq bureaux régionaux de l’institution (situés à Vancouver, à Calgary, à Toronto, à Montréal et à Halifax). Entre autres choses, elle se charge des activités liées à la publication de l’enquête trimestrielle sur les perspectives des entreprises, à la réalisation de projets de recherche et au soutien de la stratégie de communication institutionnelle.

Elle occupe par la suite la fonction de conseillère principale en politiques au département des Analyses de l’économie canadienne et au département des Analyses de l’économie internationale, où elle dirige les activités liées aux contributions de ces départements au Rapport sur la politique monétaire de la Banque du Canada. En 2017, elle est nommée directrice principale, Politiques, au département des Analyses de l’économie canadienne et assure la supervision des équipes responsables de la surveillance et des projections.

Mme Rennison a travaillé précédemment au ministère des Finances à titre de chef de l’Analyse et des prévisions économiques des États-Unis. Elle a entamé sa carrière à la Direction générale de l’analyse de la politique microéconomique d’Industrie Canada.

Elle est titulaire d’une maîtrise en économie de l’Université de Victoria et d’un baccalauréat en commerce (économie de gestion, secteurs industriel et financier) de l’Université de Guelph.

Mme Rennison partage son temps entre le Bureau régional de Vancouver et le siège de la Banque, à Ottawa.

Notice biographique : Lori Rennison

Communiquer avec

Directrice principale, Politiques
Analyses de l'économie internationale
Orientation stratégique et soutien opérationnel

Banque du Canada
200, rue Granville, Bureau 2160
Vancouver, BC, V6C 1S4

Dernières parutions

The Case of Serial Disappointment

Note analytique du personnel 2016-10 Justin-Damien Guénette, Nicholas Labelle, Martin Leduc, Lori Rennison
Les prévisions de la Banque du Canada concernant la croissance du PIB mondial, tout comme celles d’autres institutions, ont présenté des erreurs négatives persistantes ces cinq dernières années. Cette situation tranche avec la période d’avant-crise, durant laquelle les erreurs de prévision étaient systématiquement positives, la croissance du PIB mondial étant alors plus élevée qu’escompté.

Forward Guidance at the Effective Lower Bound: International Experience

Document d’analyse du personnel 2015-15 Karyne B. Charbonneau, Lori Rennison
Les indications prospectives font partie des instruments de politique monétaire qu’une banque centrale peut mettre en place si elle souhaite procéder à un nouvel assouplissement de la politique monétaire dans un contexte où le taux directeur se situe à sa valeur plancher. Leur utilisation s’est généralisée durant et après la crise financière mondiale.
13 novembre 2014

Stratégie d’entreprise, compétitivité et productivité : le cas du Canada

À un moment où la Banque anticipe un déplacement de la demande vers les exportations et les investissements et où des tendances transformatrices à l’échelle mondiale confèrent une importance croissante à l’innovation, à la technologie et à l’apprentissage organisationnel, la compréhension des stratégies de compétitivité des entreprises canadiennes revêt un intérêt particulier. Cet article résume les résultats d’une enquête menée par la Banque du Canada auprès de 151 firmes afin de dégager les signes indicateurs des éléments présents dans les stratégies des entreprises et le capital organisationnel dans le but d’éclairer les perspectives macroéconomiques.
17 novembre 2011

Évaluation du contenu informatif de l’enquête sur les perspectives des entreprises : recours à une analyse en composantes principales

L’article décrit un travail récent où les auteures ont eu recours à une analyse en composantes principales dans le but d’extraire les éléments d’information communs aux indicateurs de l’enquête de la Banque du Canada sur les perspectives des entreprises. Elles se sont livrées en particulier à des analyses de corrélation et à un exercice de prévision hors échantillon afin d’évaluer le contenu informatif de la première composante principale et de le comparer avec celui des réponses données aux questions clés de l’enquête sur la croissance du produit intérieur brut (PIB) réel et des investissements réels des entreprises. Leurs résultats laissent à penser qu’on peut réunir des informations utiles pour la prévision de la croissance à court terme des investissements des entreprises en résumant les mouvements communs aux indicateurs de l’enquête. En ce qui concerne toutefois la prévision de la croissance du PIB réel, le solde des opinions à l’égard de la progression future des ventes s’avère une source d’information plus riche.

Plus

Suivez la Banque