John Murray

Ancien sous-gouverneur (2008 - 2014)

RSS

Biographie

John Murray a occupé le poste de sous-gouverneur à la Banque du Canada de janvier 2008 jusqu’à son départ à la retraite, en avril 2014. Avec les autres membres du Conseil de direction, M. Murray partageait la responsabilité des décisions touchant la politique monétaire et la stabilité du système financier, ainsi que de la formulation de l’orientation stratégique de la Banque.

Originaire de Toronto, M. Murray a obtenu un baccalauréat en commerce de l’Université Queen’s en 1971, puis une maîtrise et un doctorat en sciences économiques de l’Université de Princeton, en 1974 et en 1977 respectivement.

Après avoir terminé son doctorat, M. Murray a été professeur adjoint à l’Université de la Colombie-Britannique, puis professeur adjoint invité à l’Université de Caroline du Nord. En 1985-1986, il a également été maître de conférences à l’Université de Princeton.

M. Murray est entré au service de la Banque du Canada en 1980 en qualité d’économiste principal, au département des Études monétaires et financières, où il a été promu chargé de recherche en 1981, puis chef adjoint en 1982. De 1984 à 1987, il a occupé le poste de conseiller en recherches aux Études monétaires et financières ainsi qu’au département des Relations internationales, dont il est devenu sous-chef en 1987 et chef en 1990. M. Murray a été nommé conseiller du gouverneur en janvier 2000.


Afficher tous

Documents de travail du personnel

The Turning Black Tide: Energy Prices and the Canadian Dollar

Document de travail du personnel 2006-29 Ramzi Issa, Robert Lafrance, John Murray
Les auteurs réexaminent la relation entre les prix réels de l'énergie et le dollar canadien établie par Amano et van Norden (1995), à savoir qu'une hausse de ces prix entraîne une dépréciation du dollar.

Why Canada Needs a Flexible Exchange Rate

Document de travail du personnel 1999-12 John Murray
L’auteur de l’étude analyse les arguments pour ou contre une union monétaire entre le Canada et les États-Unis et tente de déterminer si celle-ci procurerait des avantages importants au Canada par comparaison avec le régime actuel de changes flottants. L’auteur passe d’abord en revue les arguments théoriques avancés en faveur des changes fixes et des changes flottants dans la littérature économique. Il commente ensuite l’expérience vécue par le Canada en matière de changes fixes et flottants avant d’effectuer un survol des travaux empiriques publiés sur l’opportunité pour ce pays d’adhérer dans l’immédiat ou dans l’avenir à une forme quelconque d’union monétaire avec les États-Unis. La dernière partie de l’étude porte un regard critique sur un certain nombre d’inquiétudes que soulève le comportement du régime actuel de changes flottants.

Suivez la Banque