Rechercher

Types de contenu

Sujets

Codes JEL

Endroits

Départements

Auteurs

Sources

États

Publié après

Publié avant

312 résultats

16 novembre 2017

Les facteurs à l’origine de la baisse des prix du pétrole en 2014

Les prix du pétrole ont fortement baissé ces trois dernières années. Tant des facteurs d’offre que des facteurs de demande ont contribué à la chute marquée des prix du pétrole en 2014, mais la croissance de l’offre mondiale semble avoir été le facteur prédominant. Selon toute vraisemblance, les principaux facteurs auraient été la croissance étonnante de la production de pétrole de schiste aux États-Unis, les décisions relatives à la production de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et la croissance mondiale plus faible que prévu à la suite de la crise financière mondiale en 2009.

16 novembre 2017

L’acceptation et l’utilisation des modes de paiement dans les points de vente au Canada

Tous les commerçants acceptent l’argent comptant. Les consommateurs en gardent communément sur eux, mais ont aussi des cartes de débit et de crédit dans leur portefeuille. Les coûts d’utilisation d’un mode de paiement n’ont qu’une faible influence sur le choix des consommateurs au point de vente. L’acheteur peut choisir n’importe quel mode de paiement dans les grands établissements commerciaux, mais seuls les deux tiers des commerçants de petite ou moyenne taille acceptent les cartes de crédit. Entre les cartes de crédit, les cartes de débit et l’argent comptant, ce sont les premières qui représentent le mode de paiement le plus coûteux pour les commerçants. Toutefois, les coûts ne sont pas les seuls éléments à prendre en compte. L’acceptation de la carte de crédit chez les commerçants explique le grand nombre d’utilisateurs de ce mode de paiement. On qualifie d’externalités de réseau cette interaction entre consommateurs et commerçants.

16 novembre 2017

Le point sur le taux d’intérêt neutre

Le taux d’intérêt neutre sert d’indice de référence pour évaluer le degré de détente monétaire et représente un point d’arrimage à moyen et à long terme pour le taux directeur réel. Les estimations du taux neutre mondial sont en recul depuis quelques décennies. Sous l’influence de facteurs comme le vieillissement démographique, la forte épargne des sociétés et la faible croissance tendancielle de la productivité, le taux neutre mondial continuera vraisemblablement de se maintenir à un bas niveau. Ces facteurs internationaux, de même que des facteurs nationaux, exercent des pressions à la baisse sur le taux neutre réel canadien, qui s’inscrit dans une fourchette estimative allant de 0,5 à 1,5 %. Ce bas niveau a d’importantes conséquences pour la politique monétaire et la stabilité financière.

16 novembre 2017

Évaluation initiale des changements apportés au cadre de la Banque du Canada régissant les opérations sur les marchés

La Banque du Canada a apporté des changements à plusieurs instruments qui composent le cadre régissant ses opérations et l’octroi de liquidités. Ces modifications sont intervenues à l’issue d’un examen approfondi du cadre. Elles visent à permettre à la Banque d’atteindre plus aisément ses objectifs, qui consistent à renforcer le taux cible du financement à un jour et à favoriser le bon fonctionnement des marchés financiers canadiens dans des conditions normales de marché.

11 mai 2017

L’économie numérique

Les technologies numériques – infonuagique, Internet des objets, robotique de pointe, analyse de mégadonnées, intelligence artificielle et apprentissage automatique, médias sociaux, impression 3D, réalité augmentée, réalité virtuelle, monnaie électronique et grand livre partagé – transforment le fonctionnement des entreprises. Comment cette transformation se compare-t-elle aux révolutions industrielles passées? Comment les technologies numériques changent-elles les systèmes de production dans les différents secteurs? Les entreprises capables de s’adapter, faisant grand usage des connaissances et disposant d’un capital organisationnel et d’un capital humain élevés semblent prêtes à tirer le meilleur parti de la numérisation de l’économie, mais quelles seront ses répercussions sur la productivité, les marchés du travail, l’inflation et la politique monétaire?
11 mai 2017

La politique monétaire non traditionnelle du point de vue d’une petite économie ouverte

Quelle est l’incidence des mesures de politique monétaire non traditionnelles, telles que l’assouplissement quantitatif et les taux d’intérêt négatifs, sur les conditions financières intérieures et l’ensemble de l’économie dans une petite économie ouverte comme le Canada? Ces politiques opèrent efficacement pour réduire le taux de change d’une petite économie ouverte, tandis que les effets de taux d’intérêt plus bas se transmettent aussi à l’économie, bien que seulement partiellement. Lorsque la politique monétaire traditionnelle est poussée près de sa limite, la politique budgétaire peut agir en complémentarité de la politique monétaire de manière plus déterminante dans une petite économie, surtout si la demande mondiale d’actifs sûrs comprime les taux d’intérêt à long terme.
11 mai 2017

Le cycle de vie des obligations du gouvernement du Canada sur les marchés de financement essentiels

Les données dont nous disposons sur l’utilisation des titres d’État au sein du marché des pensions, du marché des prêts de titres et du marché au comptant tendent à montrer qu’il existe des clientèles distinctes sur le marché obligataire canadien. Les obligations à court terme sont plus présentes sur le marché des pensions, alors que les instruments à long terme sont davantage utilisés sur le marché des prêts de titres. Ce constat, qui conforte la théorie de l’habitat préféré, pourrait aider à améliorer la stratégie de gestion de la dette ainsi que l’efficacité des politiques contribuant à la préservation du bon fonctionnement des marchés financiers.
11 mai 2017

Le financement de gros des six grandes banques canadiennes

Les six grandes banques canadiennes jouent un rôle prédominant dans le système financier du Canada. Le mode de financement qu’elles utilisent pour leurs activités est essentiel à leur bon fonctionnement. Les dépôts des particuliers et les dépôts commerciaux ainsi que le financement de gros sont les deux principales sources de financement des banques canadiennes. À quels instruments de financement de gros les six grandes banques ont-elles recours? Comment choisissent-elles parmi les différentes sources et stratégies de financement à leur disposition, et qu’est-ce qui motive leurs choix? Comment les banques ont-elles modifié la composition de leur financement depuis la crise financière mondiale de 2007-2009?
11 mai 2017

Comment expliquer l’atonie de l’investissement des entreprises à l’échelle mondiale? Éléments de réponse tirés des économies avancées

Plusieurs facteurs qui influencent les investissements des entreprises peuvent offrir une explication à l’atonie de l’investissement observée dans les économies avancées depuis la crise financière mondiale, et plus particulièrement depuis 2014. La lenteur du rythme de croissance de la demande globale ne peut rendre entièrement compte de la faiblesse récente des dépenses d’investissement, qui apparaît essentiellement liée à l’effondrement des prix internationaux des matières premières et à la montée de l’incertitude économique. À terme, le taux de progression des investissements des entreprises demeurera vraisemblablement inférieur à ce qu’il était avant la crise, pour une bonne part à cause de facteurs structurels comme le vieillissement démographique.
17 novembre 2016

Réformes structurelles et croissance économique dans les économies de marché émergentes

La croissance a ralenti dans de nombreuses économies de marché émergentes depuis la crise financière mondiale de 2007–2009, un ralentissement qui s’explique par des facteurs aussi bien cycliques que structurels. Dans ce contexte, il sera de plus en plus important pour les économies émergentes de rehausser leur croissance potentielle en veillant à faire avancer les réformes structurelles. De quelle manière les réformes structurelles contribuent-elles de façon générale à la croissance? Quels sont les objectifs prioritaires des réformes dans les économies émergentes, que ce soit aujourd’hui ou dans un passé récent? Enfin, quel sera l’effet des réformes structurelles qui ont été planifiées sur la croissance de la production potentielle des principales économies émergentes? Voici quelques-unes des questions auxquelles s’attaquent les auteurs.
Aller à la page